Humeur de Coach: Soyons Fashion sans victimes !

Cette semaine, un post pas comme les autres.

Il ne s’agit ni de conseils relooking ni d’une bulle de coaching pour vous relier à votre image mais d’un coup de gueule !

En tant que coach & consultante en image, je suis de très près toutes les nouvelles tendances que nous proposent la mode afin de pouvoir guider mes clientes dans leur recherche d’un look personnalisé au travers de cette offre gigantesque qui bouge continuellement.

La mode nous submerge de propositions et nous pousse à un renouvellement effréné de notre garde-robe en allant de plus en plus vite.

Une cadence qui pousse à l’ultra-consommation, à l’accumulation de vêtements, qui prône le culte du superflu mais qui au final peut nous faire oublier ....L’essentiel. Et c'est quoi l'essentiel?

 


L’essentiel  pour Soi et son image.

Si on s’épuise pour suivre la tendance en  portant la dernière It pièce et afficher un look tendance, on risque de se perdre dans cette course et de ne plus être reliée à son image.

La mode « kleenex » finira par vider votre image de tout rayonnement personnel en passant par votre portefeuille !

 

Le bon choix n’est pas la dernière couleur qu’on voit partout Ou la dernière coupe de pantalon.

 

Le bon choix est celui qui répond seulement à ces 2 critères : Le vêtement me met en valeur et parle de moi.

 

D’où l’intérêt d’avoir une bonne connaissance de Soi et de son image pour maîtriser son impact.

Lorsque nous avons compris ce qui nous valorise et le style vestimentaire qui nous correspond intimement, nous sommes plus libres et autonomes pour faire les bons choix.

 

Attention, je ne dis pas qu’il faut rester en dehors de la mode et des tendances de style pour s’habiller !

Loin de moi l’idée de se priver de  ce formidable réservoir créatif  qui nous permet de jouer avec notre image.

Mais la mode doit rester une proposition pour se réinventer Et ne pas devenir une injonction....

 


L’essentiel pour les autres :

En tant qu’acheteur et consommateurs de cette mode qui nous inonde, nous avons un rôle déterminant à jouer dans le processus économique de la confection et un pouvoir considérable sur lui car c'est nous qui choisissons d'acheter.

 

On est au courant un peu ou beaucoup, mais qui se soucie honnêtement en faisant son shopping des conditions de travail dans les usines de confection en Asie, au Bangladesh, ou en Inde d’où provient la quasi majorité des vêtements qui sont présentés ?

 

Se préoccuper de la qualité de son image est important 

(et ce n’est pas une coach en image qui dira le contraire !)

Mais accumuler des tonnes de  vêtements sous prétexte qu’il Faut avoir la couleur phare de la saison,

La dernière tendance de robe

Vaut-il d’entretenir un système de production  qui  

Exploite des gens ?

 

Savez –vous que pour délaver (ou user) un jean, on utilise un procédé de sablage  ultra nocif qui expose les ouvriers à une poussière chargée en silice, provoquant une maladie respiratoire grave (la silicose)?

 

Des travailleurs meurent de cette maladie. Certaines ONG humanitaires estiment que des dizaines de milliers d'ouvriers sont contaminés.

 

Et ça pour proposer du jean dit « bleach » ou vieilli parce que c’est la tendance du moment…

Et si on décidait que le msut have de la mode était le jean brut ????Tout simplement!

Puis de le porter délavé quand il se blanchit naturellement après de multiples passages en machine au lieu de provoquer cette situation de production par notre implusion de rechercher le modèle « bleach » ?

 

Voici un exemple de la situation vécue dans les usines de confections :

http://www.hrw.org/fr/news/2015/03/11/cambodge-les-lois-du-travail-ne-protegent-pas-suffisamment-les-ouvrieres-et-ouvriershttp://info.arte.tv/fr/bulgarie-les-esclaves-du-textile

 

Les économistes diront que ce système présente aussi une face positive, celle de proposer un travail et une source de revenu dans des pays en voie de développement.

Il ne s’agit donc pas de boycotter les vêtements qui proviennent de ces usines mais  de ne être aveuglé par la mode et  se rendre complice d’abus .

 

Comment :

Voici 4  pistes pour faire évoluer notre façon d’aborder la mode & de changer notre manière d'acheter des vêtements.

 

1/Acheter mieux pour soi et son image en adoptant la méthode des 3 C.

 

3 questions simples à se poser avant d’effectuer un achat  :

La Couleur du vêtement est-elle pour moi et s’accorde-telle à ma garde-robe?

La Coupe du vêtement me met-elle en valeur ?

Le vêtement est-il en Cohérence avec moi (ma personnalité, mon âge, mon mon métier, mon statut, mon style de vie ) ?

 

Cette méthode permet d’optimiser son dressing et d’éviter les achats inutiles.

Par exemple, pouvoir assortir les couleurs facilement dans votre garde-robe multiplie les possibilités de tenues pour renouveler votre image  avoir besoin de racheter.   

 

2/Privilégier les marques qui affichent une éthique et une traçabilité concernant la provenance des vêtements.

 

C’est quand même la bonne nouvelles, certaines grandes enseignes font de cette éthique humaine leur fer de lance.

Même si les choses bougent lentement, en tant que consommateurs nous pouvons soutenir ces actions en privilégiant nos achats dans ces enseignes.

Attention néanmoins à être sûr qu’il ne s’agit pas simplement d’une action marketing: Dessiné en France ne veut pas dire que le vêtement y a été confectionné....

 

3/Résister à l’appel du prix et de la quantité :

 

Paradoxalement, plus on a de vêtement, plus la composition d’une tenue est difficile !

Selon la loi de Pareto, 80% de vos tenues seraient réalisées avec seulement 20% de votre garde-robe.

Encore une fois, apprenons à aller à l’essentiel pour optimiser notre garde-robe et pouvoir donner une bonne image de soi en toutes circonstances.

 

L’E-commerce peut être tentant pour remplir son armoire sans dépenser beaucoup. Evitons les sites de ventes de vêtements en provenance d'Asie qui propose des prix à couper le souffle.

Il n'y a pas de miracle!Si le prix est bas, c'est qu'on a rogné quelque part....

Chercher e prix le plus bas est une stratégie qui alimente ces circuits. Quand on considère le vêtement comme le fruit d’un travail, il est normal de considérer que le prix de vente soit en rapport avec ce travail.

 

4/ Profiter des vides dressings :

 

C’est une véritable caverne d’Ali Baba !

Certes, il est nécessaire d’y accorder un peu de temps pour trouver la pièce qu’on cherche mais le jeu en vaut la chandelle, quand on sait ce qu’on cherche & qu’on sait évaluer un article en fonction de sa silhouette et de sa description.

 

 

Besoin de poser un nouveau regard sur vous ?

Envie de donner du Pep's à votre allure ?

Glamour Coaching, conseil en image & Relooking sur Montpellier & Nîmes vous accompagne avec professionnalisme, déontologie & passion !


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Bribriss (vendredi, 20 mars 2015 20:06)

    Un billet que j'approuve! merci

  • #2

    Estelle (samedi, 21 mars 2015 09:59)

    Merci pour votre commentaire.
    Répandons le message pour dynamiter le shopping kleenex et adoptons une shopping attitude qui a du sens:-)